38 Élargissement en France de l’offre de médicaments à base de lévothyroxine pour les patients souffrant de troubles de la thyroïde FOCUS La lévothyroxine est une hormone de substitution thyroïdienne utilisée dans les hypothyroïdies (insuffisance de sécrétion de la glande thyroïde ou absence de celle-ci) ou dans les situations où il est nécessaire de freiner la sécrétion d’une hormone stimu- lant la thyroïde, appelée TSH (Thyroid stimulating hormone). La lévothyroxine est une hormone à marge thérapeutique étroite, ce qui signifie que toute variation ou modification de la concen- tration de substance active dans l’organisme, même faible, peut éventuellement conduire à certains effets indésirables dans la mesure où l’équilibre thyroïdien du patient peut être sensible à de faibles variations de dose. Jusqu’en octobre 2017, la spécia- lité Levothyrox du laboratoire Merck occupait une position de quasi-monopole sur le marché français. LE CHANGEMENT DE FORMULE DU LEVOTHYROX Suite à des signalements de déséquilibres thyroïdiens survenus entre 2009 et 2011, l’ANSM a conduit plusieurs analyses dans ses laboratoires sur les spécialités à base de lévothyroxine disponibles en France. Ces analyses ont montré qu’il pouvait exister des différences de teneur en lévothyroxine non seule- ment d’un lot à l’autre d’une même spécialité mais aussi au cours du temps pour un même lot. Ces fluctuations en teneur active étaient à l’origine de perturbations de l’équilibre thyroï- dien chez les patients. L’ANSM a demandé à l’ensemble des laboratoires commercia- lisant des médicaments à base de lévothyroxine de resserrer les spécifications de leur produit pour garantir une stabilité plus importante de la teneur en substance active tout le long de la durée de conservation du médicament. Le laboratoire Merck a procédé à une modification de la formule de Levothyrox. La composition en excipients du Levothyrox a ainsi été modi- fiée. Le lactose, qui est un excipient à effet notoire, a été remplacé par du mannitol. De l’acide citrique anhydre a été ajouté pour maintenir le pH acide dans le comprimé afin de limiter la dégradation de la substance active. Le format, les couleurs des boîtes et des blisters ont aussi été changés afin de les harmoniser à l’échelle mondiale. La demande de modification de la formule du Levothyrox, comme tous les types de modifications de l’autorisation de mise sur le marché d’un médicament, a été évaluée par l’ANSM sur le plan du maintien de sa qualité, de son efficacité ou de sa sécurité. La nouvelle formule du Levothyrox a progressivement remplacé l’ancienne à partir de fin mars 2017. La mise à disposition de la nouvelle formule du Levothyrox a été accompagnée d’une action d’information importante en nombre auprès des méde- cins et pharmaciens, information relayée sur le site internet de l’Agence. Une enquête de pharmacovigilance a été également initiée par l’Agence, dès la mise sur le marché de la nouvelle formule, afin d’analyser les signalements d’effets indésirables rapportés. LA DIVERSIFICATION DE L’OFFRE DE MÉDICAMENTS À BASE DE LÉVOTHYROXINE Une fréquence inattendue de signalements d’effets indésira- bles a été rapportée avec la nouvelle formule du Levothyrox en août 2017. afin de proposer un choix de traitement aux patients souffrant de troubles de la thyroïde et d’apporter des solutions à certains patients qui ont rencontré des effets indésirables persistants avec le Levothyrox nouvelle formule, l’ansm a mis à disposition d’autres médicaments à base d’hormones thyroï- diennes, actuellement commercialisés en Europe. Un numéro vert d’information a été mis en place pour répondre aux ques- tions soulevées par les patients. Lors du dernier trimestre 2017, les patients souffrant de trou- bles de la thyroïde et d’effets indésirables persistants liés à la nouvelle formule du Levothyrox ont pu bénéficier d’une offre thérapeutique diversifiée avec 4 médicaments à base de lévo- thyroxine en plus de la mise à disposition temporaire d’Euthyrox (ancienne formule du Levothyrox) : Levothyrox, L-thyroxin Henning, thyrofix et L-thyroxine sERB. L’ansm, en lien avec les professionnels de santé et les associations de patients, a alors réalisé deux documents d’information, l’un pour accompagner les professionnels de santé dans leur prescription et leur