52 En 2017, la commission des stupéfiants et psychotropes s’est réunie à 6 reprises. Elle s’est prononcée en faveur du classement sur la liste des stupéfiants de plusieurs substances en raison de leur potentiel d’abus et de dépendance :  diphénidine, ephénidine et méthoxphénidine,  16 dérivés du fentanyl (ou fentanyloïdes),  21 designer benzodiazépines (sur la liste des psychotropes),  le classement générique des “benzofury”. Elle s’est aussi prononcée sur :  la buprénorphine : - la diffusion d’un livret patient pour la spécialité subutex et ses génériques, - la mise à disposition d’une spécialité à base de buprénorphine haut dosage sous forme injectable dans la prise en charge des patients dépendants aux opioïdes, - les conditions de prescription et de délivrance des spécialités orobupré 2 et 8 mg, lyophilisat oral (buprénorphine haut dosage),  l’exonération de la liste i des substances vénéneuses de la naloxone par voie intra musculaire (à la dose maximale remise au public de 3,64 mg de naloxone anhydre),  la diffusion d’un nouveau rappel des conditions de prescription et de délivrance du méthylphénidate précisant notamment les différents risques chez l’adulte liés à l’abus et au détournement de ce médicament,  la proposition de rendre obligatoire la prescription par un médecin de toutes les spécialités à base de codéine, dextro- méthorphane, éthylmorphine et noscapine,  la mise en place d’une communication sur le risque d’intoxica- tions pédiatriques accidentelles au cannabis,  le renforcement de l’information sur les risques liés aux nouvelles substances psychoactives (nps).